Comment ?

Le bilan graphomoteur dure, environ, une heure et demie. Ce temps permet aussi l’observation plus fine de la posture générale et de la préhension de l’objet scripteur. Ecrire est une activité exigeante qui demande des aptitudes en motricité fine, savoir reconnaitre les formes et une bonne orientation spatiale.

Durant cette passation différents tests techniques sont proposés :

Evaluation de la latéralité, de la précision et de l’habileté, du respect du sens graphique, discrimination visuelle, situation dans l’espace et le temps, calcul de l’âge graphomoteur et détection d’une éventuelle dysgraphie, la mesure de la vitesse d’écriture et l’autoévaluation de l’écriture.

 

Le calcul de l’âge graphomoteur et la détection d’une éventuelle dysgraphie est l’outil nécessaire pour déterminer les freins graphiques et définir les axes de travail en rééducation.

Selon le neuropsychiatre français Julian de Ajuriaguerra est dysgraphique « un enfant chez qui la qualité de l’écriture est déficiente alors qu’aucun déficit neurologique ou intellectuel n’explique cette déficience. »


La rééducation varie selon le degré de dysgraphie et les entraves qu’il produit. Afin d’évaluer au mieux la progression il est recommandé de faire au minimum 5 séances. La fréquence des séances est idéalement hebdomadaire.

 

En revanche ne vous attendez pas à y faire des lignes d’écriture car il est d’abord important que le geste, par le biais d’exercices ludiques, soit bien en place avant de s’intéresser au résultat. La graphomotricité traite la dysgraphie sous toutes ses formes. La rééducation ne vise pas à modifier l’écriture de la personne, mais plutôt sa manière d’écrire en vue d’améliorer sa production écrite, la rendre plus lisible et ainsi retrouver le plaisir d’écrire.

 

Objectifs :

Améliorer la posture, la position, la maitrise du geste.

Améliorer la maitrise émotionnelle face au stress de l’écriture.

Acquérir une écriture aisée, lisible et rapide.

Prévenir un éventuel échec scolaire lié aux troubles de l’écriture.

Rétablir l’assurance lors du passage à l’écrit.

Favoriser l’expression à travers l’écriture.

Renforcer les capacités d’apprentissages.

Améliorer l’organisation et la fluidité de la pensée.

Trouver ou retrouver le plaisir d’écrire.

 

La rééducation utilisera plusieurs techniques :

Des exercices de décontraction du geste.

Des exercices de motricité fine et générale.

Des exercices de contrôle de pression.

Des exercices d’optimisation de la vitesse.

Des exercices de coordination cinétique.

Des exercices de repérage spatio-temporel.

Des exercices de mémoire audio et visuels.

Des exercices de formes graphiques et d’écriture.

Des exercices pour travailler la posture globale.

 

©2019 by solutions.graphie. Proudly created with Wix.com